mardi 8 avril 2014

Les Biefs du Pilat



 Creuser des petits canaux pour capter l'eau : intéressante intervention au cours de notre réunion hebdomadaire : deux personnes nous ont présenté le principe de gestion de l'eau par une technique agricole millénaire, encore très utilisée dans de nombreux pays voisins : les biefs. Jean-Marc Hauth, président des « Biefs du Pilat » et Jérome Besset, membre de l'association, et adhérents aux Amis du Parc du Pilat, luttent depuis de nombreuses années pour faire connaître la technique et les enjeux d'un procédé abandonné dans notre massif, alors que des kilomètres ont été réalisés par nos ancêtres.
Notre massif compte actuellement quelques petits biefs créés de toutes pièces par Jean Marc Hauth et ses associés. Redécouvrir ce procédé permettrait de revenir à une agriculture de meilleure qualité, plus respectueuse de l'environnement, évitant en effet de voir l'eau dévaler les pentes sans imprégner les sols, et sans incidence nocive sur le monde végétal et animal. Techniquement, c'est très simple : en suivant les courbes de niveaux, les biefs prélèvent les eaux de ruissellement excédentaires, pour les réintroduire dans le sol tout au long du trajet, de façon à reconstituer les nappes phréatiques, retardant ainsi les écoulements. Ce stockage permet également, par filtrations, d'améliorer considérablement la qualité de l'eau. Tout le monde profiterait de cette technique : citadins comme ruraux, car il y a amélioration de la qualité du monde vivant. A long terme, il y aurait des incidences très positives sur le climat et l'environnement naturel. Malheureusement, les enjeux ne sont pas évidents, car il n'y a pas de retombées économiques à court ou moyen terme. Actuellement, les contraintes administratives sont importantes. Mais il y a aussi des freins psychologiques, et c'est pourquoi l'association « les biefs du Pilat » multiplient les actions de sensibilisation.
 Pour en savoir plus : perso.wanadoo.fr/biefs.dupilat/